• Panier vide

DIABNEXT

DIABNEXT DÉCLARÉ CONFORME PAR LA DGOS AU PROGRAMME DE TÉLÉMEDECINE

La DGOS éclare la solution DIABNEXT conforme au programme Étapes. Ainsi, elle est désormais dans la liste des fournisseurs de solutions techniques conformes au cadre règlementaire de la télésurveillance. Ce cadre est définit dans le cahier des charges Étapes de télésurveillance du diabète.

2018 une année décisive dans le déploiement de la télémédecine

Plusieurs obstacles à l’essor de la télémédecine sont en passe d’être levés. Ainsi, l’année 2018 est une année décisive pour le développement des pratiques médicales à distance. Le développement de la télémédecine fait actuellement l’objet d’une volonté politique forte. Celle-ci se traduit en particulier par l’article 54 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018.

Ainsi, le PLFSS 2018 prolonge de quatre ans le financement des expérimentations de télésurveillance prévu dans le cadre du programme Etapes (Expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé).

 

Le programme Étapes de télésurveillance pour les maladies chroniques, dont le diabète

Tout d’abord, annoncé dans la LFSS 2014, cet arrêté a été publié le 15 décembre 2016 au Journal Officiel. Suite à l’arrêté du 28 avril 2016 qui concernait la téléconsultation et la téléexpertise chez les patients en ALD, l’arrêté sur la télésurveillance médicale propose un modèle organisationnel et économique pour suivre à domicile, ou dans des substituts, des patients touchés par trois maladies chroniques.

Dans un premier temps, l’arrêté concernait l’insuffisance rénale chronique, l’insuffisance cardiaque chronique et l’insuffisance respiratoire chronique. Enfin en 2017, deux autres arrêtés sont promulgués pour la télésurveillance des patients diabétiques, puis des prothèses cardiaques implantables.

 

Objectifs du programme Étapes

  • Cibler les patients à risque d’hospitalisations récurrentes ou des patients à risque de complications à moyen et long termes
  • Parvenir à un état de stabilité de la maladie, voire à une amélioration par un accès rapide à l’avis d’un spécialiste ou d’un expert dans son domaine
  • Améliorer la qualité des soins et leur efficience
  • Améliorer la qualité de vie des patients.

 

Désormais, La direction générale de l’offre de soins (DGOS) pilote la stratégie nationale de déploiement de la télémédecine. La DGOS anime un comité de pilotage national, avec l’appui d’autres partenaires institutionnels tels que la DSSIS, l’ASIP Santé, la DSS, la CNAM-TS, l’ANAP, la HAS, la DATAR, la DGCIS et les représentants des usagers.

 

La France reste au plus proche des besoins médicaux. Ainsi, elle prend en compte le besoin d’améliorer le parcours de soin de ces patients atteints de maladies chroniques.